La filière moto du lycée Sainte-Claire en visite au Pôle mécanique d’ Alès-Cévennes

Le mardi 24 avril, on constate une certaine agitation dans la cour du lycée Sainte-Claire : les classes de première et terminale Maintenance des Véhicules Automobiles section Motocycles partent pour deux jours de voyage au pôle mécanique d’Alès-Cévennes, un grand complexe dédié aux sports mécaniques.

Le grand départ

Ce voyage scolaire est un événement pour la filière Motocycles : en effet, tous les deux ans, les classes de première et de terminale partent découvrir des professionnels. Après Milan et l’usine Ducati en 2016, le choix s’est porté cette année sur Alès-Cévennes.

Les élèves s’investissent depuis deux ans pour financer ce voyage, organisant tombolas et passage au banc de puissance, sous la houlette de leurs enseignants.

Mardi 24 avril, 16h, c’est enfin le départ : 40 garçons, 4 filles, 4 professeurs montent à bord du bus pour 4h de voyage. L’ambiance est festive, c’est en effet le dernier événement réunissant les terminales, qui quitteront le lycée dans quelques semaines.

Nous sommes logés dans 13 bungalows dans un camping au pied du massif des Cévennes, dans la petite commune du Mialet. A peine arrivés les élèves se chargent des barbecues, et lancent saucisses et merguez. Les tables sont déplacées dans l’allée afin de manger tous ensemble. Ce moment très convivial est aussi l’occasion pour les élèves et nous professeurs, de nous découvrir dans un autre cadre que la classe, avec à la clé de belles surprises.

Jour 1 : mécanique, douceurs et villégiature

Mercredi 25 avril, 10h, nous prenons la route sous un soleil magnifique pour le pôle mécanique Alès Cévennes. Ce grand site est dédié aux sports mécaniques : motos, autos, karting, circuit asphalte, rallye.

Les circuits sont vides, ce matin, nous sommes reçus par Didier et Geneviève, les dirigeants de Racing Composite. Cette usine de carénage de motos toutes marques, implantée sur le site du pôle mécanique, a déjà travaillé avec un de nos enseignants, Johan Wang-Chang, pilote et  3e du championnat de France Promosport. Nos élèves visitent l’usine et la boutique, et posent de nombreuses questions à Didier et Geneviève, des professionnels passionnés qui ont eu la gentillesse de se rendre disponibles pour nous.

Les élèves remontent enthousiastes dans le bus, et parlent entre eux des modèles qu’ils ont appréciés et de mécanique bien sûr, sujet qui me laisse perplexe en tant que professeur de français.

L’après-midi est placé sous le signe de la détente, car nous filons à Uzès pour visiter le musée du Bonbon. Une atmosphère sucrée nous entoure devant les processus de fabrication, des hôtesses nous proposent de goûter des nouveautés, et chacun repart avec une petite part de son enfance retrouvée. Et beaucoup de bonbons achetés en gros pour la famille !

Nos élèves sont heureux de rentrer, il est assez tôt pour pouvoir profiter des équipements du camping : il a fait très chaud dans la journée, et la perspective d’une baignade réjouit les jeunes comme les moins jeunes. Le camping est situé au bord du Gardon, et dispose de piscines et de toboggans. L’eau de la rivière est à 16°, c’est frais, mais des professeurs courageux et quelques élèves téméraires s’y aventurent. Les autres font les fous au toboggan, devant les regards parfois inquiets des quelques vacanciers installés au camping. 44 adolescents, ça peut effrayer parfois, paraît-il…

La soirée qui se prépare est spéciale, car c’est la dernière du séjour et c’est l’anniversaire de M. Bellion, un de nos professeurs. Il s’attelle à la préparation des pâtes bolognaises du soir quand les élèves lui font la surprise de chanter pour lui et de lui offrir le T-shirt pour lequel ils s’étaient cotisés en secret. La soirée fut belle.

Ils sont étonnants, nos jeunes. On les connaît si bien, et si peu à la fois. J’ai été vraiment surprise de voir qu’au lieu de rester entre eux, tranquilles, certains avaient pris plaisir à s’agglutiner autour de nous. Ils rient, lancent des sujets avec un sourire en coin, guettant la moindre petite remarque qui pourrait leur faire penser que finalement, nous sommes aussi des êtres humains. Alors ils éclatent de rire, feignent l’indignation ou jouent les effarouchés pour qu’on se laisse aller à en remettre une petite couche. Ils jouent les complices, ce qui se passe en voyage, reste en voyage, non ?

« On ne vous donne pas de surnoms, vous savez… (gros rire) » « et vous vous engueulez des fois entre profs ??? » « Vous nous aimez bien, hein, en fait… » « Madame, je ne pourrai plus jamais vous voir comme avant ! »

Il est temps de dormir, cette sensiblerie manifeste me rend malade, on pourrait croire que je ne suis pas un professeur vindicatif et malveillant. Pas bon, ça…

Jour 2 : Circuit et retour

Ce n’est jamais drôle, le dernier matin : il faut nettoyer, ranger et remballer, 13 bungalows à rendre impeccables ça ne se fait pas tout seul.

Nous arrivons vers midi au pôle mécanique pour une journée de roulage, organisée par MGB Motos. Les 50 pizzas récupérées auprès du pizzaiolo épuisé sont vite avalées pour observer les tours de pistes.

Les voitures sont sur le créneau de midi, nous assistons à différents essais, notamment celui de la Volkswagen électrique, très impressionnante.

Nos élèves ont un frisson d’impatience lorsque les pilotes de motos sortent des paddocks pour rejoindre la pit lane, la piste de lancement (il est à noter que j’ai considérablement amélioré mon vocabulaire mécanique). Les pilotes sont classés par niveau (confirmés, intermédiaires, débutants) et chaque groupe occupe la piste sur des créneaux de 20 minutes environ. Nous avons la chance de voir de très jeunes pilotes confirmés qui pourraient être les champions de demain.

Nos élèves sont fascinés, évoquent les moteurs, les marques, vivent les tours de circuit avec un enthousiasme qui fait plaisir à voir, malgré la chaleur qui tape sur nos têtes. Notre professeur-champion M. Wang-Chang retrouve quelques connaissances parmi les pilotes, et certains de nos élèves, chanceux,  ont la chance de pouvoir échanger avec eux. Quant à M. Bellion et M. Huguet, professeurs de mécanique et de construction, apportent des précisions mécaniques sur les véhicules, et partagent leurs impressions avec d’autres lycéens.

A 15h45, dernier tour, dernière photo, c’est le départ. L’ambiance est un peu morose, et beaucoup s’endorment, fatigués de ces deux jours. Retour à la réalité à 20h, après cette petite parenthèse ensoleillée.

 Pas de blague, il y a le bac blanc la semaine prochaine.